Dr Noura KADIM “Le confinement crée un stress normal suite à un événement anormal”

Dr KADIM NOURA

Intéressée par la psychanalyse, et la santé mentale. Elle est psychiatre, addictologue, spécialisée en psychogériatrie et les troubles psychiques des sujets âges. Membre de la cellule d’écoute et d’aide psychologique aux addicts et à leurs famille du Croissant vert marocain sous #dir_li_3lik.

Docteur Noura KADIM ne cesse de faire preuve de son engagement, et n’a pas hésité à répondre à nos questions malgré ses occupations!

psychologue Dr NOURA KADIM

1- Comment  vivre le confinement ?

La mesure du confinement est sans doute le meilleur moyen préventif qu’on peut actuellement adopter pour freiner la propagation du Coronavirus COVID-19, ceci n’est pas un événement habituel pour la majorité d’entre nous. Bien évidemment, cette situation ne devrait pas être facile, et requiert un changement de plans et une préparation mentale, afin de pourvoir s’adapter à un nouveau mode de vie.

2- La quarantaine est-elle  une source de stress ?

 Oui, le confinement peut être une source de stress pour la plupart, mais il faut aussi dire que c’est un stress normal suite à un événement anormal!  La nouveauté de la situation, l’imprévisibilité peuvent devenir pesantes et par conséquent aboutir à un sentiment de perte de contrôle chez certains individus.

3- Y-t-il des personnes plus vulnérables que d’autres ?

En effet, Il y’a des personnes plus vulnérables que d’autres, c’est une réalité scientifiquement prouvée, chacun d’entre nous a une capacité d’adaptation distincte. Toutefois, il ne faut pas méconnaître le rôle bénéfique de la réaction de stress, c’est grâce au stress qu’on arrive à faire attention à ce qui nous menace, afin d’assurer notre survie!  Cependant chez certains individus, les capacités d’adaptation face au stress peuvent devenir dépassées avec un retentissement sur le bien être mental.

4- Peut-on parler de conséquences psychologiques du confinement ? 

Chez certains individus surtout ceux avec une vulnérabilité plus marquée, le confinement peut devenir pesant et difficile à vivre, que ça soit par l’apparition d’un stress en relation avec la pandémie Covid-19, ou avec d’autres thèmes de la vie, ou bien par l’exacerbation d’une souffrance psychique préexistante!

Le changement du mode de vie, limité à nos domiciles, retentit largement sur l’humeur, nos habitudes alimentaires et  de sommeil!  Par conséquent certaines personnes peuvent se trouver piégées dans un cercle vicieux de mauvaises habitudes.

Sans oublier les personnes atteintes de troubles addictifs!  Bien que certaines parmi elles puissent profiter du confinement pour arrêter leurs consommations, d’autres se trouvent en situation de sevrage forcé avec un vécu pénible sur le plan physique et psychique – un accompagnement adapté est fortement recommandé pour ces personnes.

5- Comment se prémunir contre les effets psychologiques de cette pandémie ?

Afin d’établir un plan d’action pour préserver sa santé mentale pendant le confinement!  Il faut d’abord comprendre et accepter la situation que nous a imposé cette mesure exhaustive! Essayer de comprendre que le confinement est un choix bien pesé d’une balance de bénéfice-risque, dont le but principal est de limiter la propagation du virus! En gardant à l’esprit que c’est une période temporaire. Cela nous permettra de bien dessiner le chemin devant nous, d’abord l’entrée dans le confinement, puis une routine à domicile, et finalement la levée du confinement.

Parallèlement, chacun d’entre nous doit évaluer son ressenti interne, reconnaître l’ampleur de son stress, détecter les facteurs qui l’exacerbent et les moments d’accalmies, afin d’éviter ce qui nous incommode et faire perdurer davantage les moments de détente.

6- Un conseil !

Afin de minimiser  au maximum les répercussions psychiques  du confinement, il est recommandé de suivre certains conseils dans notre quotidien :

  • Minimiser le temps d’exposition aux informations en relation avec  le Covid 19, et ne chercher que les sources fiables.
  • Maintenir une bonne hygiène de vie au quotidien, avec une activité physique régulière, une alimentation saine et équilibrée, et le respect des horaires du sommeil.
  • Garder contact avec les personnes proches, et faire preuve de compassion envers soi-même et les autres.
  • Gérer l’incertitude en restant dans le présent, en attirant l’attention au moment présent, et se concentrer sur les choses qu’on peut contrôler, la pleine conscience et la méditation peuvent être d’excellents outils.

 

Dr Noura KADIM

Psychiatrie, Psychogériatrie,  Addictologie et psychothérapie 

kadim.noura@gmail.com

LinkedIn
Share